Le dynamisme du secteur du BTP et de l’immobilier s’explique à la fois par les grands travaux lancés par l’État du Sénégal et le besoin de répondre à la demande en logement.

Photo : La construction, moteur du développement du pays.

En plein développement, le Sénégal a vu son secteur des BTP (Bâtiments et travaux publics) croître de plus en plus vite et de plus en plus fort. Avec une croissance moyenne d’environ 12 % depuis le tournant de 2000, il prend une part solide de l’économie nationale. Il est ainsi devenu une composante clé de l’économie sénégalaise, tant pour son rôle économique que pour les nombreuses créations d’emplois qu’il génère. Les différents éléments de ce secteur bénéficient des efforts importants déployés pour renforcer la croissance de l’économie nationale et soutenir l’emploi.

L’importance des grands travaux

Ils sont soutenus tant par les investissements publics que ceux des partenaires au développement, notamment avec la multiplication des travaux routiers d’infrastructures. On pense l’aéroport international Blaise Diagne (AIBD) construit à Diass, mais aussi à l’autoroute à péage Dakar-Thiès, à la plateforme industrielle de Diamniadio ainsi qu’à la reconstruction de la Casamance. Tous ces projets ont nécessité non seulement la mise sur pied des bâtiments, mais aussi des réseaux d’assainissement et de voirie.

Autre moteur de croissance du secteur : les importants besoins en logements. Cet ensemble de facteurs favorables contribuera fortement à la croissance de l’économie nationale au cours des cinq prochaines années ainsi qu’à la lutte pour réduire la pauvreté grâce à la création d’emplois et la distribution de revenus. Les pouvoirs publics y veillent, et s’appuient sur le potentiel du secteur pour bâtir le Sénégal prospère, moderne et résolument tourné vers l’avenir. L’expertise des entreprises sénégalaise, qui réalisent désormais régulièrement des ouvrages de grande envergure, est largement reconnue et leur savoir-faire recherché dans un continent où le BTP est partout en effervescence.

Au sein des nombreuses entreprises qui prospèrent dans le secteur depuis quelques décennies, certaines occupent une place spécifique. Telle la CSE, entreprise familiale créée en 1970, que son développement fulgurant place au premier rang du BTP dans le pays et sûrement parmi les plus importantes d’Afrique. La société a, en effet très vite franchi les frontières du pays pour évoluer dans bien d’autres pays d’Afrique.

À l’international, elle construit des hôpitaux, des établissements scolaires, des immeubles administratifs et privés, des complexes hôteliers, des infrastructures aéroportuaires, des lieux de culte… À Dakar, elle modernise le centre-ville édifiant des tours de verre très contemporaines. La CSE, qui a, par exemple, signé la réalisation du Waterfront et de l’hôtel Radisson Blue, redessine le visage de la célèbre corniche.

Logement social, secteur en plein développement

Les évolutions du logement social

Situation en 2015

  • Offre très inférieure à la demande : entre 3 000 et 5 000 logements/an (dont 1 000 par les promoteurs immobiliers et 4 000 par l’autopromotion) ;
  • Renchérissement du loyer et occupation anarchique des zones non planifiées ou non viabilisées souvent impropre à l’habitat.

Situation horizon 2025

  • Création de nouveaux pôles urbains à Dakar et dans d’autres villes ;
  • Production de 10 000 unités d’habitation par an.

Le secteur du logement social pèse actuellement 11 % du PIB du pays. C’est aussi un enjeu stratégique majeur. Le développement accéléré de l’habitat social est une des priorités des pouvoirs publics. Il représente une réelle opportunité économique dans un contexte d’urbanisation rapide, avec une croissance de l’ordre de 3,3 %, supérieure à la croissance de la population qui est de 2,6 %. La population urbaine du Sénégal, estimée à 43 %, va suivre la tendance haussière mondiale, ce qui ne pourra qu’augmenter encore une demande en logements déjà estimée entre 10 000 et 15 000 unités d’habitation par an.

Générant un nombre important d’emplois directs et indirects, le secteur, qui pèse déjà lourd dans l’économie, représente un moteur de développement et de compétitivité à long terme.

Toujours inférieure à la demande, l’offre de logements au Sénégal est constituée de programmes de logements clés en main sur des parcelles viabilisées, ce qui favorise aussi le système d’auto-construction. Les partenariats public-privé sont très recherchés et le gouvernement oeuvre à la mise en place d’un environnement favorable aux investisseurs dans ce secteur clé.