Parmi les grands projets d’investissements de ces dernières années, aux côtés de l’autoroute à péage Dakar-Diamniadio, en service depuis le 1er août 2013 et la plateforme P2i, figuraient d’autres infrastructures structurées autour de la DIZES (Zone Économique Spéciale Intégrée de Dakar).

Photo : AIDB, le nouvel aéroport international Blaise Diagne.

Particulièrement bien positionnée, à 45 kilomètres de Dakar, au débouché du tronçon terminé de l’autoroute à péage, à proximité immédiate du nouvel aéroport international Blaise Diagne (AIDB), la DIZES poursuit son installation. Le lieu et les bâtiments qui y sont prévus en feront le point central de la zone de développement, de compétitivité et de croissance qui exercera un puissant effet d’entraînement sur l’économie nationale. Cet espace d’accueil d’activités économiques offrira aux entreprises des services de standards internationaux, un cadre fiscal incitatif défini par la loi ainsi que des procédures facilitant leur exploitation. Il confortera la position du Sénégal comme le « hub » des affaires pour l’Afrique de l’Ouest.

Le projet, qui dépasse le concept de zone franche industrielle comprend un parc industriel, des espaces de services, des bureaux et une plateforme logistique. Sont également prévus, une zone commerciale, des complexes touristiques et des zones résidentielles.

La haute autorité en charge de l’administration de la Zone offrira aux entreprises, à travers un Guichet Unique, les services collectifs (télécommunications, électricité, eau, gestion des ordures…) les services administratifs (agrément, permis et licences, autorisations, banques et services financiers) et logistiques (transport, stockage) au niveau des normes internationales. La DIZES, par ces différents éléments en cours de réalisation, constitue l’un des leviers principaux de la stratégie de croissance accélérée.

La zone économique s’étend sur une superficie de 718 hectares, avec 12 000 hectares en réserve pour l’extension future du site. Les travaux ont démarré sur les 45 hectares de la phase pilote du projet.

Il est prévu d’attirer en moyenne 400 entreprises au cours des cinq premières années d’exploitation et près de 1000 entreprises au bout de vingt ans, employant près de 40000 salariés et créant indirectement près de 100 000 emplois.

Le port minéralier de Bargny

Le port minéralier de Bargny, projet initié par l’État du Sénégal, prendra en charge l’important trafic de produits miniers et pétroliers existants (phosphate de Thiès et de Taïba) ou projetés (phosphate de Matam, minerai de fer du Sénégal oriental). Il contribuera à la réduction du trafic vers le port de Dakar et à la promotion du secteur minier par la réduction des coûts de transports et la fluidité des opérations. Le désengorgement de la capitale permettra aussi de réduire les temps de chargement et de déchargement. La mise à disposition de zones de stockage à forte capacité sur place, associée à la possibilité d’amarrage de plus gros navires participera à la réduction des coûts de transport terrestre ainsi que des surestaries.

Localisé à Sendou situé à 32 kilomètres du p ort au tono me de Dak ar sur la baie de Gorée et à côté de Bargny, le port se trouve aussi à prox imi té i mmédiate de la plateforme économique intégrée P2i, elle-même intégrée dans la zone économique spéciale de Dakar DIZES.

Les éléments du projet :

  • Une jetée offshore de 4 400 mètres et des installations de desserte terrestre et ferrovi aire ainsi que de stockage et de trai tement des marchandises.
  • Un poste de chargement de navires de 60 000 tonnes métriques ave c un tirant d’eau de 15 mètr es, un autre de 170 000 tonnes métriques avec un tirant d’eau de 21 mètres et une aire de stock age et d’opération de 483 hectares.