En deux décennies, le P.S.E. qui, avec le soutien des grands bailleurs de fonds internationaux (Banque mondiale, Banque africaine de Développement, F.M.I….) mobilise toutes les forces vives du pays, contribuera à la remise à niveau en priorité des infrastructures structurantes que sont celles de transports, de l’énergie et de l’agriculture.

Photo : L’énergie et l’interconnexion des réseaux font partie des grandes priorités. Vue de la Centrale de Kahone.

Manifestation de la volonté affirmée des autorités, le P.S.E. mobilisera plus de 10 milliards de francs CFA. Plus de 70 % de ces financements sont acquis et une large part sera faite aux « partenaires techniques et financiers » (P.T.F.) ainsi qu’au secteur privé, national et international, à travers le partenariat public-privé (P.P.P.).

La première partie, phase de décollage économique a commencé et courra jusqu’au seuil de 2018. Les premiers résultats apparaissent déjà, notamment à travers une nette amélioration de l’environnement des affaires.

Les six premières priorités

Infrastructures et services de transports

  • Construction d’autoroutes, dont le projet Thiès-Touba.
  • Réhabilitation du réseau ferré avec la ligne Dakar-Tambacounda-Bamako et la construction d’une ligne reliant Dakar au futur aéroport international Blaise Diagne.
  • Réalisation de pistes rurales, de passerelles et de nombreux ouvrages d’art.

Energie

  • Renforcement des capacités de production selon un mixe énergétique et d’interconnexion au réseau.
  • Réhabilitation et extension du réseau de transport et de distribution.

Agriculture

L’agriculture familiale n’est pas oubliée puisque le PSE inclut la mise en place de près de 200 projets de soutien avec, en priorité à la restructuration de la filière arachidière. Première production agricole, la filière qui compte parmi les principaux produits d’exportation du pays, a besoin de se réorganiser. Elle reste la principale source de revenus pour le monde rural, la mettre en situation, en plus des exportations, d’assurer l’approvisionnement de l’industrie agroalimentaire générerait une transformation locale porteuse de valeur ajoutée.

Les trois services clés

Aux côtés ces trois grands axes qui sous-tendent toute l’économie sénégalaise, trois services clés font partie des six premières priorités de ce plan:

  • L’eau potable et l’assainissement, avec la poursuite du PEPAM (programme d’eau potable et d’assainissement du Millénaire) qui doit assurer aux populations un accès simple à l’eau dans le courant de la décennie.
  • L’éducation et la formation, avec les projets de construction de l’université du Sine-Saloum, d’implantation du réseau d’instituts supérieurs d’Enseignement professionnel et celui de Dakar campus international d’excellence.
  • La santé, avec le programme national de relèvement des plateaux techniques des hôpitaux et autres centres de santé et le grand projet Dakar Médical City.

Les cinq autres priorités

  • Communication, infrastructures et services de télécoms.
  • Le tourisme, avec le projet phare de développements touristique intégré.
  • La protection sociale, avec le développement de la couverture universelle par l’assurance- maladie et le programme d’appui aux filets sociaux.
  • Les risques et catastrophes, avec le projet de gestion des eaux pluviales ainsi que le projet de résilience climatique et gestion des risques et catastrophes.
  • L’environnement, avec le projet d’intégration de l’adaptation aux changements climatiques dans la voie d’un développement durable du pays.

economie4