Second secteur pourvoyeur de devises après la pêche, le tourisme génère près de 100 000 emplois et représente dans certaines localités la première source de revenus.

Photo : Un ensoleillement, des paysages et un accueil en tous points exceptionnels font du Sénégal une des destinations touristiques les plus attractives.

Diversifié et de qualité, le potentiel touristique du Sénégal est l’un des plus attractifs d’Afrique. Il est balnéaire : à cinq heures de vol du grand marché émetteur européen, avec un ensoleillement journalier moyen de 8 heures et, sur toute la presqu’île du Cap Vert, des alizés qui adoucissent les chaleurs de l’été, et ses longues plages de sable fin.

Les chiffres du tourisme

Les réceptifs :

  • 815 hôteliers ;
  • 17 500 chambres ;
  • 35 000 lits.

Le Sénégal accueille en moyenne 500000 touristes par an, dont :

  • 42 % de Français ;
  • 23 % d’Africains (hors Sénégalais) ;
  • 13 % d’Européens (hors Français) ;
  • 4 % d’Américains.

Il est aussi culturel : l’audience internationale du pays, son rayonnement en ont fait un des carrefours culturels du monde noir. Il tient à la qualité de l’accueil, sa longue tradition d’ouverture et d’hospitalité fait partie de la Teranga (hospitalité en wolof) profondément ancrée dans la nature sénégalaise. Autant d’éléments qui ont assuré le succès de la destination. De la zone nord à la Casamance et en passant par les îles du Saloum, le pays, dispose d’importants atouts naturels avec ses écosystèmes côtiers, fluviaux, terrestres, ses parcs et réserves et la richesse de la biodiversité. D’autres sites naturels tels que le lac Rose, les Niayes, les chutes de Dindéfélo, le pays Bassari sont d’une beauté exceptionnelle.

Le Sénégal compte six parcs nationaux, cinq réserves naturelles : Kalissaye, Guembeul, Popengine, Ferlo Nord, Bandia, et offre de réelles opportunités pour une diversification touristique allant du tourisme à vocation culturelle à la chasse — niche réduite mais lucrative — ou la pêche, en passant par le tourisme découverte et le tourisme d’affaires. Une faune locale relativement variée et de fortes concentrations de poissons dans les eaux en font un des hauts lieux de la pêche sportive renommé dans le monde entier. La destination touristique « Sénégal » s’est construite autour de deux pôles : les loisirs et les affaires. Les plages offrent un produit balnéaire d’hiver qui bénéficie de sa proximité avec les grands marchés émetteurs d’Europe. Dakar, qui accueille tout au long de l’année, un grand nombre d’événements internationaux d’envergure est passé maître dans le tourisme d’affaires et de congrès.

Les zones touristiques à grande capacité sont Dakar (tourisme d’affaires), Thiès (balnéaire) plus particulièrement la petite côte, la Casamance (écotourisme et balnéaire), Tambacounda (découverte nature), Fatick (écotourisme) et Saint-Louis (culture).

Le secteur du tourisme offre une large gamme d’opportunités d’investissemen dans différentes filières et activités notamment l’aménagement de zones touristiques, l’hôtellerie et la restauration, le transport touristique, le renforcement de capacités et services, l’organisation de conférences et de congrès, les activités de loisirs et sportives…

Le nouveau positionnement du développement touristique du Sénégal repose sur une stratégie nationale d’accroissement de l’offre et de la qualité. Il s’inscrit également sur la durabilité avec la prise en compte, dès la phase initiale de conception des projets, des enjeux environnementaux, biophysiques et sociaux. De nombreux projets sont en cours, sur l’ensemble du territoire sénégalais, où existent, de plus, de réelles opportunités relatives à la reprise d’établissements hôteliers existants.

Spots inoubliables

  • Presqu’île du Cap Vert : Face à Dakar, ses marchés, ses artistes, son musée d’art africain –
    Théodore-Monod- l’île de Gorée, la douceur de ses vieilles maisons et le lointain écho des drames de l’esclavage. Un peu plus haut, entre savane et plage le lac Rose (Retba), un des plus salés du monde.
  • Quelques siècles d’histoire : L’émouvant patrimoine architectural de Saint- Louis dans une ville cosmopolite offre un raccourci saisissant de l’histoire récente de l’Afrique de l’Ouest.
  • Faune, flore, mer… : Parc du Niokolo Koba, une des plus grandes réserves animalière d’Afrique de l’Ouest. Le parc national du Djoudj, trois millions d’oiseaux migrateurs, la troisième réserve ornithologique du monde.
  • Sites inscrits au Patrimoine mondial de l’Unesco: L’île de Gorée, l’île de Saint-Louis, le parc national du Djoudj, le parc national du Niokolo Koba, les cercles mégalithiques de Sine Ngayène et de Wanar (Nioro du Rip), le delta du Saloum et le pays bassari

Formalités

  • Passeport en cours de validité : valide au moins 6 mois après la date du voyage.
  • Carnet de vaccinations : vaccination à jour obligatoire contre la fièvre jaune.

economie76

economie77

Climat

Le Sénégal est situé dans la zone intertropicale. Il y fait toujours chaud, avec un ensoleillement exceptionnel. Les deux saisons :

  • La saison sèche, d’octobre à juin. Pratiquement sans une gout – te de pluie mais balayée parfois, entre décembre et février, par l’harmattan, ce vent de sable saupoudre le paysage, surtout dans la moitié nord du Sénégal.
  • La saison des pluies, de juillet à septembre. C’est l’« hivernage ». Il ne pleut pas toujours mais cela suffit pour qu’en peu de temps le pays reverdisse. Les baobabs se couvrent de pompons verts, les champs deviennent pâturages, les vergers et les potagers regorgent de fruits et de légumes, les marchés aussi.

Pratique

  • Langue officielle : français ; langues courantes: wolof, diola, malinké, pular, sérère, soninké.
  • Religions : islam (94 %), christianisme (4%), animisme (2%).
  • Fête nationale : 4 avril (anniversaire de l’Indépendance).
  • Indicatif téléphonique : 221
  • Extension internet : sn
  • Décalage horaire : moins 2h en été, moins 1h en hiver.
  • Monnaie : Le Sénégal fait partie de la zone franc CFA, dont le taux de change est fixe : approximativement 0,15 € pour 100 F. CFA ou 656 F. CFA pour 1 €.