« Grâce à la mise en oeuvre d’un programme d’infrastructures structurantes, le PIB par habitant devra passer de 1000 dollars à 1500 dollars dans les dix prochaines années ». – Mountaga Sy, PDG APIX.

Photo : La place de l’Indépendance, est le centre névralgique de la vie à Dakar.

Dès sa mise en service, en 2013, le premier tronçon de l’autoroute à péage, qui relie Dakar à Diamniadio, a transformé le quotidien des affaires au Sénégal. Idéalement placée face à l’océan Atlantique, la capitale sénégalaise a agi comme un aimant, la presqu’île du Cap Vert, qui a drainé l’essentiel des activités économiques du pays, concentre le quart de la population sur 0,3 % du territoire sénégalais. On imagine difficilement aujourd’hui ce que furent les éternels embouteillages qui hypothéquaient les échanges entre Dakar et le reste du pays.

La référence : L’autoroute à péage Dakar-Diamniadio

Dès sa construction, l’autoroute de l’Espoir, dont le premier tronçon mène à l’aéroport international Blaise Diagne (A.I.B.D.) en cours d’achèvement, a impulsé une nouvelle dynamique au secteur du BTP, elle a aussi radicalement fluidifié une circulation au bord de l’apoplexie et dont la congestion coûtait cher à l’économie. Alors qu’il fallait compter un minimum d’une heure et demie pour parcourir les 32 kilomètres séparant Diamniado et la capitale, une demi-heure suffit désormais. Passer ainsi de 90 à quelque 30 minutes permet d’importantes économies de temps, de carburant (un véhicule particulier économiserait en moyenne grâce à lui 7 litres de carburant) et d’énergie. Ce projet et la manière dont il a été mené sont devenus une référence pour toute l’Afrique, saharienne et sub-saharienne. Référence technologique – l’autoroute n’a rien à envier aux voies occidentales les plus modernes – ainsi qu’en matière de financement, puisque la réalisation et l’exploitation sont le fruit d’un partenariat public-privé (PPP) particulièrement réussi. Pour ce PPP, qui lie l’État du Sénégal à la Banque africaine de développement (BAD), ainsi qu’à la Banque mondiale, à l’Agence française de développement (AFD), et – entre autres partenaires – au groupe Eiffage, la BAD a tiré parti de ses ressources concessionnelles en canalisant les opérations non souveraines d’un pays à faible revenu. Il sert désormais de base de réflexion et de travail tant aux bailleurs de fonds internationaux qu’aux gouvernements et aux entreprises privées. La manière dont ce partenariat public-privé a permis à cette autoroute à péage – la première en Afrique de l’Ouest – de voir le jour est aussi la marque du degré d’ouverture des pouvoirs publics envers le privé et des opportunités d’affaires que cela recèle.

economie44

Après l’embranchement qui permettra de desservir l’aéroport international Blaise Diagne, l’autoroute se scindera en deux branches pour rejoindre Thiès vers le nord et Mbour vers le sud. En désenclavant la presqu’île du Cap Vert, qui concentre l’essentiel de l’économie du pays, l’autoroute améliore l’accès aux grands projets d’infrastructure – existants et prévus – tels la Zone Économique Spéciale Intégrée et un nouveau centre de conférences.

P2i : La plateforme économique intégrée de Diamniadio

Projet phare du Plan Sénégal Emergent, la construction de la P2i avance bien. Situé à 20 minutes de Dakar la P2i, partie intégrante d’un grand ensemble économique bénéficie d’une excellente position géographique qui lui permet d’avoir une proximité avec certaines infrastructures comme l’aéroport international Blaise Diagne (AIBD), l’autoroute à péage, le port minéralier de Bargny. La plateforme, prolongement de la zone économique spéciale (Zes) de Dakar est déjà très attendue par les investisseurs, notamment étrangers, dont certains sont étroitement associés aux travaux qui évoluent dans le sens de leurs besoins exprimés. Il était ainsi prévu que les hangars fassent 5 000 m2, suite aux demandes d’investisseurs, trois structures de 7 000 m2, capables d’accueillir chacun jusqu’à 15 000 travailleurs, sont actuellement en construction.

En favorisant la création d’emplois et de richesses, cette plateforme industrielle intégrée de Diamniadio va doper le processus de transformation structurelle de l’économie sénégalaise.

Focus

Infrastructures structurantes

  • 1 360 km de voie ferrée ;
  • 1 170 km de pistes rurales ;
  • 4 000 km de routes ;
  • 1 000 MGW d’énergie électrique.

Infrastructures aéroportuaires

  • Le Sénégal dispose de trois aéroports internationaux : Dakar, Saint-Louis et Ziguinchor. Pour faire face à l’accroissement du trafic aérien de passagers comme de fret et dans une volonté de proposer des prestations de qualité dans un cadre moderne et fonctionnel, l’aéroport international Blaise Diagne situé à Diass, à 45 km à l’est de Dakar sera prochainement ouvert.
  • Le Sénégal est desservi par les plus grandes compagnies aériennes avec des liaisons directes vers les capitales des continents américains, européen, asiatique du Moyen-Orient et vers le reste de l’Afrique. Le transporteur national Sénégal Airlines offre des vols réguliers vers de nombreuses destinations.

Points forts de la P2i

La plateforme intégrée de Diamniadio propose un service de qualité regroupant des équipements de la dernière génération, un espace et des bâtiments fonctionnels, son centre de services intégrés, son guichet unique et la disponibilité des facteurs de production dont elle bénéficie lui permet de cumuler certains points forts comme :

  • Une alimentation en électricité et en eau de qualité 24/24h, 7/7 jours
  • Une réserve d’eau
  • Une station de traitement des eaux usées
  • Un réseau de télécommunication accessible
  • Des centres de services intégrés (banques, restaurants, hôtels, clinique…)
  • Un centre logistique de 3 000 m2
  • Une protection contre les éventuels incendies
  • Des espaces de détente

Infrastructures ferroviaires

  • 2 axes principaux:
    • L’axe ouest-est long de 645 km, Dakar-Kidira-Thiès ;
    • L’axe sud-nord long de 193 km, Thiès-Saint-Louis.
  • 3 axes secondaires :
    • Tivaouane-Darou appartenant aux ICS (industries chimiques du Sénégal) [phosphates] ;
    • Diourbel-Touba long de 47 km;
    • Guinguinéo-Kaolack (21 km) et PK13-Mbao.

economie48